IMG-20200622-WA0002

Interview de Lydie, capitaine de l’équipe première de basket féminin

Lydie est capitaine de l’équipe 1 senior de basket féminin, elle est professeure d’éco-gestion et a monté une structure de raccrochage scolaire. 

Depuis combien de temps joues-tu au PUC ?  

Depuis 1995. Quand j’ai commencé au PUC, nous étions en N3 et j’ai fait tous les échelons en équipe première. Puis l’équipe est descendue au plus bas et maintenant, on remonte d’un cran.  

Comment vois-tu cette remontée de l’équipe  

Au fil du temps, nous avons changé notre manière de concevoir le basket. Au début, il y avait 2 à 3 entraînements par semaine et un match chaque week-end. Toutes les filles se battaient pour être aux matchs le week-end. Si tu ne venais pas à l’entraînement, tu n’allais pas aux matchs donc les entraînements se faisaient toujours au complet. Avec le temps, nous nous sommes rapprochées d’un basket de loisir plus que de compétition. Maintenant, c’est plus compliqué d’avoir les filles le week-end qu’à l’entraînement.  

Est-ce que tu as déjà pensé à arrêter… 

Toutes les semaines, je pensais à arrêter (rires).  

Et coacher les équipes du PUC ?  

J’ai entraîné les cadettes pendant 4 ans.  

Pourquoi as-tu arrêté ?  

Je suis devenue professeur et après une journée avec des adolescents, je ne voulais pas passer mes soirées avec d’autres adolescents (rires).  

Quand as-tu commencé le basket ?  

À 13 ans, à Sceaux, dans le 92.  

Tu n’as jamais pensé faire du basket professionnel  

Lorsque j’ai commencé, le basket féminin n’était pas un métier d’avenir et j’ai subi des blessures rapidement et souvent. 

Est-ce que tu fais des sacrifices pour aller à l’entraînement ? 

J’ai 2 enfants, de 16 ans et 13 ans mais je viens à l’entraînement pour me détendre et passer un bon moment avec mes copines après l’entraînement. Je ne sais pas si nous jouons correctement au basket mais on rigole bien ensemble (rires). 

 

Lucie Deslandes