DSC01901-min

Le sport au service de la santé

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la sédentarité est l’un des 10 facteurs de mortalité dans le monde. Il est donc important de pratiquer une activité physique régulière. Pour les adultes à partir de 18 ans jusqu’à plus de 65 ans, les recommandations sont de 150 minutes d’activité physique hebdomadaire avec au moins dix minutes d’efforts d’affilée. La pratique d’une activité physique régulière réduit le risque d’hypertension, d’AVC et de cancer, comme celui du sein ou de la prostate.  

Le PUC développe la section Sport Santé Bien-Être depuis mars 2017. Elle est dédiée aux personnes âgées, sédentaires, en surpoids ou atteintes d’affections longue durée. Le but de la section est donc de proposer des activités physiques adaptées (APA’s) réparties en 7 activités : gym douce, musculation, boxe anglaise, cardio-renforcement musculaire, badminton, aquagym et tennis de table. 

Les bienfaits 

Les sports sont choisis pour les bienfaits qu’ils apportent dans le cadre d’une activité physique adaptée. Par exemple, la pratique du badminton améliorera la coordination, la perception de l’espace, l’endurance et l’équilibre. La pratique de l’aquagym, quant à elle, développera le schéma corporel, le bien-être physique et moral ainsi qu’un travail cardio-vasculaire adapté. L’objectif général de la section est d’améliorer la condition physique, la sociabilité ainsi que l’autonomie. Pour cela, 5 objectifs sont à atteindre : l’apprentissage des techniques de bases, l’amélioration des capacités respiratoires et musculaires, l’amélioration des déplacements et l’établissement d’un lien social.  

Le but des éducateurs est de mettre en confiance les adhérents et de leur faire découvrir le sport d’une autre façon. Pour certains, le sport était hors de portée à cause de leurs pathologies, d’autres avaient perdu l’envie ou ne savaient pas quel sport pratiquer. Le but de la section est donc de montrer le sport sous un nouveau jour avec des exercices adaptés et des professionnels spécialisés dans l’activité physique adaptée. Les cours sont collectifs permettant aux adhérents d’interagir, néanmoins les cours sont adaptés aux différentes particularités de chaque personne. La section propose donc un encadrement personnel.  

Une qualité de suivi pour un prix avantageux 

Le suivi individuel est une partie importante de la section. Des tests sont effectués sur les adhérents pour suivre la composition corporelle, la qualité de vie et la condition physique tout au long du trimestre ou de l’année (selon l’option choisie). À chaque fin de séance, ils évaluent la difficulté de la séance avec les éducateurs pour ajuster l’intensité des cours suivants.  

Le plus de la section est donc bien sûr le suivi mais aussi le prix. Dans une salle de sport classique, il faut en moyenne débourser 800 € pour bénéficier d’un coach personnel (les rendez-vous sont souvent mensuels). Au PUC, le suivi est hebdomadaire et tout au long de l’année, avec un enseignant en APA (activités physiques adaptées) pour 390 € à l’année. De plus, les salles de sports sont souvent inaccessibles aux personnes ciblées par la section Sport Santé car les programmes ne sont pas adaptés à leurs capacités et besoins.  

Cette année, la section Sport Santé propose des compléments tel que le suivi diététique. Tout au long de l’année, il est possible de s’entretenir avec une diététicienne pour mieux s’alimenter, maîtriser son poids et avoir un mode de vie sain.  

 

Interview de Saïd, responsable de la section Sport Santé :  

 Combien y-a-t-il d’inscrits cette année ? 

63 personnes sont inscrites pour le premier trimestre, nous visons les 100 à la fin du deuxième trimestre (avril 2020)  

Combien d’adhérents suivent le programme durant plusieurs années ?  

Nous avons progressé de 700 % depuis la création de la section. Ce chiffre peut paraître démesuré mais concrètement, nous sommes passés de 9 adhérents en mars 2017 à 63 adhérents en janvier 2020. 

Les cours sont collectifs : comment les éducateurs arrivent-ils à personnaliser les cours ?  

Ce n’est pas du coaching personnel comme on peut l’entendre dans les salles de sport classiques. C’est avant tout une prise en compte des particularités de chaque adhérent pendant les cours s’inscrivant dans un projet de groupe. Tout cela crée un lien social fort : la section a fait naître beaucoup d’amitiés.  

Comment sont réalisés les suivis des personnes et avec quels outils ? 

Pour ne pas entrer dans les détails (la section a une démarche propre nécessitant une certaine confidentialité), je peux dire que le lien humain est très fort entre les adhérents et les éducateurs. Cela permet à ces derniers d’être à l’écoute, d’accompagner et d’adapter les contenus proposés. 

Quelles formations ont les coachs ? 

Ce ne sont pas des coachs sportifs mais des professionnels. Ce sont des enseignants en activités physiques adaptées et santé. Ils ont au minimum une licence. 

La section Sport Santé évolue, notamment avec l’aide de partenaires dans le métier de la santé. Quels sont ces partenaires ?  

Nous travaillons en partenariat avec l’hôpital Hôtel Dieu à la suite d’une prise en charge de 6 semaines. Nous sommes aussi certifiés comme centre d’expertise auprès de la MDS (mutuelles des sportifs) et de la MAIF, pour des bilans de la condition physique et une prise en charge sur le long terme. 

 

Questions posées aux adhérents lors du cours de Gym douce : 

Comment avez-vous découvert la section ? Depuis combien de temps êtes-vous inscrit au programme sport santé ?  

Femme de 72 ans : J’habite le quartier et mes enfants font du sport au PUC, c’est eux qui m’en ont parlé. Avant j’allais à l’Espace Forme mais je préfère le milieu associatif, c’est ma deuxième année au PUC.  

Femme de 75 ans : C’est l’Hôtel-Dieu qui m’a conseillé la section, cela fait 2 ans que je suis le programme. 

Homme de 65 ans : J’ai connu la section par le biais de la MAIF. J’ai commencé en septembre.  

Homme de 89 ans : Je suis le programme depuis septembre. Ma femme, qui a eu un cancer, avait rejoint la section Sport Santé.  

Que vous a apporté le programme sport santé ?  

Femme de 72 ans : C’est adapté aux personnes de mon âge. Je me sens mieux, plus en forme depuis que j’ai commencé le programme. En plus, cela me permet de voir du monde. Cela m’aide beaucoup.  

Femme de 75 ans : J’ai un emphysème (maladie pulmonaire) et je sens qu’il y a une nette amélioration au niveau du souffle. Je peux facilement échanger avec les autres adhérents car nous avons à peu près tous le même âge.  

Homme de 65 ans : En 3 mois, je ne vois pas de résultat mais je reste confiant, je viens seulement de commencer. Cela participe à une dynamique de remise en forme qui complète mon programme de sport.  

Homme de 89 ans : Je ne vois pas encore d’amélioration. Mais, je sens que les exercices comblent des manques physiques. Je sais que je suis obligé de passer par cette période d’adaptation pour passer ensuite vers un continu différent, je fais confiance aux professionnels du sport adapté. 

Que pensez-vous de l’accompagnement proposé ? 

Femme de 72 ans : C’est unique, cela ne se fait pas dans les autres clubs. Nous avons deux éducateurs pour une dizaine de personnes, c’est super et ils sont très compétents.  

Femme de 75 ans : Parfait. C’est vrai, il n’y a pas d’autres mots. 

Homme de 65 ans : Les éducateurs sont très aimables, ils accompagnent et expliquent bien les exercices. 

Homme de 89 ans : C’est très bien. Les éducateurs sont très professionnels.  

Seriez-vous prêt à recommander le programme de la section à votre entourage (amis, famille, collègues …) ?  

Femme de 72 ans : Oui, je l’ai déjà fait.  

Femme de 75 ans : Oui, j’ai amené quelques-unes de mes amies dans le programme.  

Homme de 65 ans : Oui, j’en ai déjà parlé autour de moi. 

Homme de 89 ans : Tout à fait. 

 

Lucie Deslandes